Origines

la création d’une nouvelle Rose est un événement majeur dans le monde de la parfumerie :Toutes les roses parfumées ne délivrent pas leur parfum, loin s’en faut, la dernière création d’une rose de Parfumeur date, en effet, de 1880.

 

Qu’est ce qu’une rose du parfumeur ? C’est une rose dont l’extraction permet de recueillir la matière la plus concentrée du parfum.

 

Roseline Giorgis, qui a passé son enfance au milieu des roses grassoises, est aujourd’hui l’obtentrice de la Centifolia Baptistine Giorgis, Nouvelle Rose du Parfumeur (Certificat d’Obtention Végétale Européenne d’avril 2013 ). Cette rose aux 108 pétales et au parfum intense s’inscrit dans la lignée des célèbres roses Grassoises à parfum. dix années de recherches et d’études de culture plein champ ont confirmé la rose jusqu’à l’extraction de l’Absolue, nectar le plus subtil des parfumeurs  grassois qui fait d’une rose, une rose à parfum. Le rendement élevé et la finesse de l’extraction, la belle résistance aux maladies de ce rosier et sa vigueur remarquable lui ouvrent de larges perspectives. Monique Remy Bio chimiste qui fut la première à reconnaître ses qualités sera la marraine,

le baptême eut lieu le 12 Mai 2013 à 11h à Grasse dans le cadre d’Expo-Rose international

Soutenue par nombre de nos élus: La ville de Grasse et son Sénateur Maire Jean Pierre Leleux, Michel Fuillet, Vice Président du Conseil Général de Vaucluse, la communauté de communes Pays des Sorgues des Monts de Vaucluse et leur personnel administratif, l’INRA, le Lycée Horticole d’Antibes, La Société française des roses et de nombreux parfumeurs.

Monique Remy, Fondatrice de LMR, Marraine de la Baptistine, Roseline Giorgis, obtentrice, Présidente de Rose des Arts, éditeur de la rose

Tous, nous avaient invités à partager ce moment officiel, unique à Grasse, depuis1880

 

La Baptistine, connut deux phases de naissance.

La première au siècle dernier lorsque Baptistin Giorgis parfumeur grassois, recherchait pour ses formulations LA rose disparue, cultivée au XVIIIè siècle à Grasse pour la parfumerie et très prisée à la Cour de Versailles présente, alors, dans les jardins du Petit Trianon.

Un fléau ravageur l’avait éradiquée.

Furetant dans les jardins des couvents et hôtels particuliers grassois à l’abandon,, il polinisa entre elles ces roses. Par semis des graines issues du mariage entre les fleurs découvertes, Baptistin Giorgis eu la joie de donner naissance à une Centifolia, prometteuse à son nez, intensément parfumée d’un fin « bouquet de roses »* et très proche de celle que l’on ne peut plus admirer qu’en rêverie devant les tableaux de Fragonard, grassois lui-même.

 

Cette nouvelle rose de parfumeur, pas encore nommée, survécu par un destin particulier. En effet, Baptistin Giorgis disparût brutalement quelques mois après cette première floraison. Mais il avait offert un pied à sa fille Roseline qui suivait ses recherches en lui expliquant ce qu’elle représentait pour lui.

Roseline va parcourir le monde avec son rosier dans ses bagages. parce qu’elle savait transporter un trésor, ce dernier cadeau de son père, son dernier parfum. Guidée par la senteur, elle en fit naturellement la sélection de stabilisation variétale.

De l’utopie à la réalité

La seconde phase n’est pas la moindre !

Ce n’est qu’en 2002, qu’elle put se consacrer à ce rosier d’exception  et aller au bout du rêve avec passion pour créér la nouvelle rose grassoise, nommée Baptistine Centifolia en hommage à  son père, qui fut un grand spécialiste des extractions dans l’univers de la rose, à Grasse.

la première Obtention ayant confirmé l’originalité variétale, restait à expérimenter la culture plein champ,étudier la distillation par entraînement à la vapeur d’eau. Il fallut dix ans de recherches dans le secret des jardins sur deux hectares cultivés à l’Isle sur la Sorgue exploités en Agriculture Biologique sous label ECOCERT

 

Roseline Giorgis, soutenue par Monique Rémy, ingénieur chimiste qui créa les Laboratoires LMR spécialiste des matières premières naturelles de qualité de la parfumerie apporta, en visionnaire, soutien guide et compétence durant ces années, devenant l’ambassadrice de la Baptistine afin de lui tracer le plus bel avenir dans le monde

Pour ces raisons de priorités données à la recherche, le rosierarrive enfin sur le marché cette année.

il est romantique et buissonnant très résistant aux maladies, rustique  il se cultive en biodiversité d’accompagnement Il offre sans aucun traitement ses fleurs magnifiques. Les roses se développent sur de longs rameaux courbes sans épines qui peuvent atteindre 2 mètres ou bien palissée sur fil , formant les arceaux fleuris et parfumés des jardins classiques. La féerie dure quatre semaines  durant autour du mois de mai

Pour conclure aujourd’hui en laboratoire avec une méthode particulière de production d’eau de rose concentrée et l’extraction noble de l’Absolue unique de la fleur

confirmé la rose jusqu’à l’extraction de l’absolue, nectar le plus subtil des parfumeurs grassois.

Les seuils de rendement à l’extraction confirment qu’il s’agit bien d’une nouvelle rose du Parfumeur, inscrite dans la lignée des célèbres roses grassoises Centifoliae.

la belle résistance aux maladies de ce rosier et sa vigueur remarquable lui ouvrent de larges perspectives

la Baptistine est prête à faire son entrée dans le grand monde.

 
Développement Intrasite, Design graphique Christophe Alglave